La raison pour laquelle j’ai déménagé à 2h de mon quotidien

hbgfbhfghf

Il y a près d’un an, j’ai fait une rencontre qui m’a sorti de mon confort, une rencontre qui a déstabilisé mon petit train quotidien. Quelqu’un qui m’a donné envie de ralentir, qui m’a enlevé l’envie de courir plus rapidement que les aiguilles de ma montre.

Avant ce moment, je travaillais le typique 9-5 du lundi au vendredi. Ensuite, deux à trois soirs par semaine, mon charme et moi se rendions dans une petite brasserie afin de servir de la bière en fût jusqu’aux petites heures du matin. J’étais en colocation avec une de mes meilleures amies et nous sautions sur chaque occasion pour faire la fête. Entre le peu d’heures de sommeil et le temps passer avec mes proches, il me restait très peu de temps pour me questionner sur moi-même. C’était parfait ainsi. Mais, sans m’en rendre compte, je m’essoufflais le pétillant des yeux, je soufflais sur les braises de mon énergie.

C’est lorsque nous prenons le temps de ralentir que nous pouvons jeter un œil sur notre vie. J’avais du plaisir, j’avais des sous pour combler mes caprices de jeunes femmes et j’avais la tête qui se remplissaient de beaux moments. À ce moment, c’était tout ce que je pouvais souhaiter. Mais arrive un moment où la vie décide de venir modifier ton quotidien, comme un grand souffle sur ta rose des vents.

C’est maintenant que je tombe dans le quétaine. #sorrynotsorry

J’ai rencontré un homme qui m’a fait chavirer. Tu sais, le genre de rencontre qui te scotch au sol, qui réduit ta parole en miettes. Une chance que mes yeux brillaient pour refléter ce que je n’arrivais pas à exprimer. Dans ma petite tête désillusionnée de l’amour, je ne pouvais pas réaliser que je vivais un coup de foudre, un vrai, ben oui toé chose.

C’est quand même bien, j’avais 200 kilomètres pour me camoufler l’amour. Oui oui, 200 km! Tu me vois venir?

Le beau bonhomme était seulement en visite dans mon coin de cœur du Québec. Alex (ben oui, on va dire son vrai nom, il mérite bien cela) habite à Gatineau alors que je vivais à Laval. Si tu ne connais pas trop la carte, c’est une belle autoroute complète qui nous séparait.

On venait d’être frappé par la foudre, on ne pouvait pas l’ignorer. Ce n’est donc pas la distance qui nous a découragé. Huit mois à faire la route, tous les vendredi soir tombés. Chaque fois que je me retrouvais derrière le volant de ma voiture, je retrouvais le cœur euphorique de mes huit ans, durant une chasse au trésor.

Évidemment, toute cette route m’a forcé à ralentir mon quotidien. J’ai laissé tomber mes rendez-vous derrière le bar et j’ai multiplié mes moments de plaisirs, maintenant accompagné de mon charmant.

Si, quelques mois plus tôt, on m’avait dit que je m’embarquerais dans une relation à distance… J’aurais ri à m’en provoquer des crampes, je ne l’aurais jamais cru.

La distance a fait son temps. Compter les dodos du lundi au vendredi, c’est difficile pour la patience. C’est au cours de ces longues nuits, seules dans mon grand lit, que l’idée de déménager à 200km à germé dans ma tête.

C’est ce qui nous amène au 1er février dernier. Katherine, maintenant habitante de la belle région de l’Outaouais, en compagnie de mon copain.

Mais, je poursuis ma carrière à Montréal, oui madame.

Parfois devant mon écran personnel bien installé dans mon bureau de notre appartement, d’autres fois au cœur du centre-ville de la métropole. De la route, mais un quotidien qui fait pétiller chaque parcelle de ma personne. Mes visites à Montréal me permettent de visiter mon ancien quotidien dans lequel j’étais également bien. Je garde ma proximité avec mes proches.

Ma rencontre avec Alex m’a permis de comprendre que « ma place » n’était pas un endroit mais une personne. Car, peu importe la distance, il est possible de former une équipe.

Je te souhaite de trouver ton Alex.

alex

 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s