Aimer plus loin que la lune

tumblr_inline_o0pryslZNf1tyrtsg_500

On m’a souvent dit que j’étais une grande rêveuse qui rêvais trop. Une grande rêveuse qui vivait sur un nuage baignant dans l’innocence d’un enfant. Un enfant qui aurait oublié de grandir. Un enfant qui n’aurait pas ouvert ses yeux sur la vie. La vraie.

Je ne suis pas en accord.

On m’a par la suite dit de croire en mes rêves. Je crois que le gens se trompait dans leurs tromperies.

Croire en ses rêves mais ne pas trop rêver, c’est croire en pas grand-chose.
Pis après ces niaiseries de grands là, on m’a dit que le ciel était ma seule limite.

Je ne suis pas en accord, encore.

Je l’ai ai vu les traces sur la lune moi. Ils ne sont pas arrivés par un coup de vent froid toutes ces crevasses que je vois d’ici.

D’ici, couché sur ma banquette arrière de vieille voiture à regarder le ciel comme si je savais ce que je regardais. Comme si je cherchais quelque chose que j’espérais trouvé. Mais il n’y a rien. Pis derrière ce rien , il y a la lune pis quelques petits points scintillants qui ne scintillent même plus pour de vrai.

C’est triste quand même tout ça. Briller pour quelqu’un une fois qu’on s’est éteint. Je ne veux pas être comme une étoile pour tes yeux pis pour ton cœur. Je veux briller le temps que je suis là, le temps que je suis là avec toi.

Ça l’air compliqué mais je ne veux pas trop briller non plus. C’est ben beau le soleil mais il te brûle le regard pis la peau dans le temps d’le dire.

Ça l’air compliqué mais je ne veux pas trop t’impressionner non plus. Ça rend le cœur ben euphorique une étoile filante mais c’est éphémère pis ça te fait souhaiter quelque chose de pas trop réfléchi sur un p’tit deux temps sans trop de temps.

Moi, je ne veux pas être ton bonheur passager qui ne fait que passer. Je veux être le bon chocolat chaud qui ne te tanne jamais pendant les temps froids. Je veux être la source de chaleur, de bonheur pis de réconfort qui met du douillet sur ton cœur.

Pis si parfois la vie t’essouffle pis que les coups de ton cœur te donnent trop chaud, fait juste m’le dire. Ce n’est pas mon fort mais je peux prendre le mode froid. Mais pas trop, sinon il paraît qu’ça gèle le cerveau. Pis imagine si ton cerveau se refroidi pis qu’il décide de te squeezer le cœur. Si je suis dedans, je vais avoir mal de ton mal. Pis ça, ça fait mal.

Moi, je veux être ta lune. Je veux te laisser briller seul mais t’éclaircir dans tes temps sombres. Je veux te rappeler que la limite n’existe pas. Pis je veux que tu puisses voir à travers tes yeux nus que je suis toujours là à tes côtés. Je ne veux pas partir. Je veux être ton soleil particulier.

En plus, on dit que la nuit porte conseil. Pis c’est à ce moment précis là que je veux refléter dans tes prunelles. C’est durant ces battements d’horloge là que je veux être là. Que je veux être là pour toi, pour moi pis pour nous.

Parce que c’est un peu ça qu’on est, un nous.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s